Accueil

> Accueil

Imprimer cette page Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Sur le chemin de l’énergie de fusion

Iter en Provence, un projet de territoires

Qu’est-ce qu’un tokamak ?

ITER Robots 2013

ITER Robots 2014

ITER Robots 2015

ITER Robots 2016

ITER Robots 2017

Concours Arborium 2017

Concours Arborium 2016

Concours Arborium 2015

Arborium 2014

ITER Robots 2015

Epreuves de qualification
Collège Pesquier (Gardanne) Lycée Charles de Gaulle (Apt)
Collège Roger Carcassonne (Pélissanne) Lycée Saint-Louis-Sainte-Marie (Gignac la Nerthe)
Collège Roy d‘Espagne (Marseille) Lycée Philippe Girard (Avignon)
Collège Jean Bernard (Salon-de-Provence) Lycée L’empéri (Salon-de-Provence), Manosque
Collège Notre-Dame (La Tour d’Aigues) Lycée Antonin Artaud, Marseille

Collège Jean Bernard (Salon-de-Provence)

La robotique, c’est comme le corps humain

« La robotique c’est comme le corps humain. Pour se déplacer, le cerveau envoie des messages aux jambes qui leur permettent d’avancer. Le boîtier de programmation transmet des commandes aux roues qui les activent » explique Julien, pédagogue et programmateur de l’équipe salonnaise. Pour Barbara, en charge de la fonction « suivi de ligne » au sein de l’équipe, « la robotique c’est tout un monde à découvrir ». Pour récupérer le module d’ITER, « nous avons réalisé une série d’essais avec plusieurs systèmes de saisie : bras articulé, technique de basculement, pince verticale comme celle que l’on trouve à la fête foraine » précise Solène, en charge de la pince. « Notre réflexion n’a pas abouti mais nous menons nos recherches » assure-t-elle au jury. Outre l’intérêt qu’un tel projet a suscité au sein du groupe, l’une affirme que ce projet a contribué à resserrer les liens entre les participants qui échangent sur Skype et Facebook pour travailler en dehors des heures de classes : « travailler en équipe nous a permis de mieux nous connaître ».





Mise à jour : lundi 02 octobre 2017 | Mentions légales | Contact | Plan du site |