Accueil

> Accueil

Imprimer cette page Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Sur le chemin de l’énergie de fusion

Iter en Provence, un projet de territoires

Qu’est-ce qu’un tokamak ?

ITER Robots 2013

ITER Robots 2014

ITER Robots 2015

ITER Robots 2016

ITER Robots 2017

Concours Arborium 2017

Concours Arborium 2016

Concours Arborium 2015

Arborium 2014

ITER Robots 2013

Epreuves de qualification
Collège Pesquier, Gardanne Lycée Mendes France, Vitrolles
Collège Albert Camus, La Tour d‘Aigues Lycée Craponne, Salon-de-Provence
Collège Pierre Girardot, Sainte-Tulle Lycée des Iscles (classe de Seconde), Manosque
Collège du Roy d‘Espagne, Marseille Lycée des Iscles (classe de Première), Manosque
Collège de la Capelette, Marseille Lycée Antonin Artaud, Marseille
Lycée Thiers, Marseille
Lycée Duby, Luynes
Lycée d‘Altitude, Briançon

Collège Pierre Girardot, à Sainte-Tulle, 12 avril 2013

Afin de réduire les risques de chute du module lors de la récupération qui sera effectuée par le robot et du demi-tour pour l’emmener vers la bonne destination, « nous avons installé des embouts en caoutchouc aux deux extrémités du récupérateur », précisent les collégiens. Représentant les cinq groupes de travail constitués au sein de la classe, ces quatre élèves précisent qu’ils « sont partis de zéro ». Pour avancer sur de bonnes bases, « notre professeur nous a formés au logiciel avant le démarrage du concours et nous a demandé de réaliser des études comparatives sur le système de Clark ou de modes de déplacements », exposent-ils avant de détailler les choix effectués en matière de capteurs de ligne noire : « nous avons choisi d’ajouter un râteau de huit capteurs qui n’était pas fourni dans le pack de base car dans les virages les capteurs des extrémités permettent d’avoir une plus grande précision » développent-ils. L’étude comparative imposée par leur professeur a constitué une solide aide pour prendre cette décision.





Mise à jour : lundi 02 octobre 2017 | Mentions légales | Contact | Plan du site |