ITINERAIRE NEWS#5 8 juin 2012
L'INFO DE LA SEMAINE

Karine Clerc, adjointe de Pierre-Marie Delplanque qui dirige la CCITI

Karine Clerc rejoint la CCITI
Une main de fer dans un gant de velours. Le pas assuré, la poignée de mains ferme et le regard franc, Karine Clerc est une jeune femme ingénieure qui aborde sa nouvelle mission avec une grande détermination. Depuis le 1er juin 2012, elle a rejoint la Cellule de coordination de l'itinéraire ITER (CCITI) en tant qu'adjointe de Pierre-Marie Delplanque.
A l'issue d'une formation universitaire à la faculté d'Aix-Marseille, elle obtient son diplôme d'ingénieur maître en Environnement (aménagement du territoire) avant de rejoindre, en 1997, le service environnement et assainissement du Syndicat intercommunal de la vallée de l'Orge Aval pour suivre les études hydrauliques et d'assainissement. Deux ans plus tard, elle prend en charge les travaux neufs de la commune de Monteux. « Cette expérience a été aussi riche d'un point de vue technique, dans la conduite des travaux de voirie, de réseaux et de bâtiments, que de leur gestion relationnelle. Le volet environnemental de chaque dossier, tout comme les relations avec les entreprises en charge des travaux et le contact avec les riverains et les usagers de la route ont été essentiels dans le bon déroulement des opérations » précise-t-elle.

A partir de 2001, elle franchit de nouvelles étapes, d'abord au sein de la direction de la maîtrise d'œuvre de la mairie d'Aix-en-Provence, puis comme chargée des opérations d'aménagement des entrées de la ville à la Communauté du Pays d'Aix (CPA). Ces cinq dernières années, elle assurait l'entretien du réseau routier départemental rayonnant sur vingt-neuf communes pour l'agence routière départementale de Pertuis, dans le Vaucluse. A présent, elle se prépare à faire des pas de géant sur les routes d'ITER pour accompagner les futurs convois.

Aménagement pour contourner le tunnel de Mirabeau.

A51 : des coupures et des fermetures en perspective

Dès les premières réflexions lancées au début des années 2000, la société Escota a planché sur les solutions qui permettront aux convois hors gabarit d'ITER de traverser l'autoroute A51 à trois reprises. Des travaux d'infrastructure ont été réalisés, et à quelques mois d'entrer dans la phase de tests, Christian Torchio, responsable "exploitation & affaires générales" au sein de la direction d'exploitation, affine les modèles proposés aujourd'hui pour limiter les contraintes de circulation sur l'A51 entre Manosque et Meyrargues, induites notamment par les mesures de gestion de trafic nécessaires au passage des convois.

LA PAROLE À...

La parole à Christian Torchio, Escota

La traversée de l'autoroute A 51 est l'une des nombreuses opérations qui se prépare actuellement avec une grande minutie. Car, pour relier Berre à Cadarache,  les composants ITER vont devoir traverser cette infrastructure routière à trois reprises : la première fois, pour franchir les quatre voies de l'autoroute au niveau de l'échangeur 15 de Pertuis ; la deuxième fois, avant le tunnel de Mirabeau pour le contourner ; et la troisième fois, après ce même tunnel pour remonter à contresens l'autoroute sur environ 800 mètres avant d'emprunter la piste d'accès spécialement aménagée qui permet de rejoindre la route départementale jusqu'à la commune de Saint-Paul-lez-Durance. Ce sont des manœuvres complexes qui doivent s'organiser avec le concours étroit des services de la gendarmerie nationale" explique Christian Torchio. À l'heure actuelle, deux modes opératoires sont envisagés pour les trois franchissements à niveau de l'A51, prévue en une ou deux nuits, suivant la vitesse de déplacement des convois.

Si le convoi réalise les trois traversées dans la même nuit, il est nécessaire de fermer le tronçon Meyrargues – Manosque dans les deux sens pour permettre notamment l'emprunt à contresens de l'autoroute par le convoi, entre la 2ème et la 3ème traversée. La fermeture de la section courante entraîne la fermeture des entrées des diffuseurs de Manosque, de Cadarache et de Pertuis. Cette fermeture s'accompagne de la mise en place d'un itinéraire de substitution, via la route départementale 96, depuis Manosque jusqu'au pont de Mirabeau permettant de rejoindre Peyrolles-en-Durance et Pertuis.

Si le convoi franchit l'autoroute A51 en deux nuits, la traversée à Pertuis serait réalisée la première nuit, les deux autres la nuit suivante. Pour cette première traversée, le mode opératoire consiste à couper la circulation pendant 3 à 5 minutes environ, pour permettre aux convois de franchir la trentaine de mètres de voies. « Dans ce cas, les équipes ramènent la circulation sur une voie dans chaque sens, en neutralisant l'autre voie par des cônes puis, au moment où le convoi est prêt à traverser, la gendarmerie arrête la circulation pour permettre le franchissement à niveau. Dès que le convoi aura traversé l'autoroute, la circulation sera rétablie. Pendant la coupure, les équipes d'Escota assurent la protection des véhicules arrêtés en se positionnant en fin de bouchon avec les fourgons de signalisation bien connus des clients de l'autoroute."Ce mode opératoire est bien maîtrisé par nos équipes qui l'utilise régulièrement pour la dépose de lignes aériennes ou la pose de portique au-dessus des voies de circulation. Cela permet de ne pas fermer l'autoroute, ce qui impose moins de contraintes à nos clients", détaille-t-il. La deuxième nuit, les deux autres traversées sont réalisées sous fermeture du tronçon comme décrit précédemment. Quelle que soit la solution retenue, Escota mettra en œuvre tous les moyens d'information à sa disposition pour prévenir ses clients de ces exceptionnelles mesures de gestion de trafic (panneau à message variables aux entrées des diffuseurs, site Internet, application "VINCI autoroutes" pour smartphones ...), et pour les informer en temps réel notamment grâce à radio VINCI Autoroutes Sud (107.7). La présence permanente sur le terrain des personnels Escota pendant ces opérations assure également la sécurité et l'information des clients (utilisation de la signalisation lumineuse et panneau embarqué sur fourgon affichant les messages de sécurité).


Alix Pages


Nelly Monglat

Passage de relais
Un passage de relais est en train de se préparer au sein de l'équipe qui se constitue actuellement sous la direction du chef d'escadron Renaud Coste chargé de mission ITER. Alix Pages se prépare à laisser les commandes au major Nelly Monglat fin juin. A 25 ans, elle a décidé de poursuivre ses études et de rejoindre l'école des sous-officiers de la gendarmerie nationale. Depuis un an, elle assiste Renaud Coste dans l'imposant travail préparatoire et d'organisation du déplacement des composants hors gabarit qui vont circuler sur les routes de Provence pendant cinq ans. Outre le suivi des réunions et le contact avec toutes les parties impliquées (gendarmerie, préfets, instance portuaire, cellule de coordination de l'itinéraire ITER, conseils généraux,  communes, le groupe Daher chargé des opérations de logistique et de transport des convois ITER...), elle a passé de longues semaines à quadriller tous les chemins, pistes et lieux-dits qui longent ou croisent l'itinéraire ITER. Toutes ces données sont essentielles pour établir des itinéraires de contournement que pourront utiliser les riverains et les usagers de la route. Elles serviront à l'élaboration d'une plaquette d'information qui sera diffusée dans une quarantaine de communes concernées par le passage de ces pièces faites d'acier et de câbles.
La relève sera assurée par Nelly Monglat, sous-officier, qui découvre une mission aux nombreuses perspectives. Pour Nelly, « c'est une mission enthousiasmante et très riche humainement au service d'un projet important pour les futures générations. C'est motivant de participer à la mise en route d'une grosse machine qui nous permettra d'aboutir à une grande réalisation ».

DES NOUVELLES DU CHANTIER ITER

Actuellement, sur le site de construction à Cadarache, les travaux se concentrent principalement sur trois zones. Celle de la construction du siège ITER, dont les travaux sont pilotés par l'Agence Iter France au titre des engagements pris par la France et l'Europe pour accueillir ITER à Cadarache. Cet ensemble architectural dessiné par l'architecte Rudy Ricciotti comprend la réalisation d'un bâtiment de bureaux haut de quatre étages. La deuxième zone de travaux concerne la viabilisation d'une nouvelle zone entreprises dimensionnée pour faire face aux besoins du chantier qui mobilisera jusqu'à 3 000 personnes dans quelques années. La troisième zone concerne les fondations parasismiques du bâtiment de recherche avec la pose de 493 plots qui seront recouverts d'un radier dans quelques mois.

PHOTOS

493 plots parasismiques ont été installés.


Bâtiment du siège en cours de finalisation.

VOS QUESTIONS, NOS RÉPONSES

Comment peut-on s'informer sur les jours de passage des convois ?

 

L'information sur les jours et heures de passage des convois ITER sera disponible sur le site internet de l'Agence Iter France. Elle sera également assurée par la diffusion de brochures et d'affichettes, relayée par les radios et ITINERAIRE News, la newsletter de l'itinéraire ITER.
Un programme d'information de la population, des entreprises et des usagers de la route précédera chaque convoi pour minimiser l'impact des coupures de voiries sur les usagers de la route et les riverains.
Un numéro vert sera également mis en place pour répondre aux questions les plus urgentes.


Quels sont les tronçons aménagés pour l'itinéraire ITER  qui profitent aux usagers de la route ?

 

Certains travaux réalisés sur les routes gérées par le conseil général des Bouches-du-Rhône, comme l'élargissement de la route départementale au niveau du Pont de Mirabeau, la suppression des virages du Garri et le renforcement de certains ponts, sont des travaux pérennes et sont d'ores et déjà utilisés par les usagers de la route. En revanche, les pistes dédiées au passage des  convois ITER sont provisoires. Elles ne sont pas ouvertes, et ne seront pas ouvertes, à la circulation publique.



Vous avez une question ? N'hésitez pas à l'envoyer à sylvie.andre@cea.fr
Pour s'abonner / se désabonner à Itinéraire News cliquer ici
Si vous n'arrivez pas à visualiser cet e-mail, vous pouvez le consulter en cliquant ici