ITINERAIRE NEWS #3 20 avril 2012
L'INFO DE LA SEMAINE

Carte de l'itinéraire ITER. En rouge, les zones où seront effectués des tests techniques à l'automne 2012.

La signature des conventions

Le 10 avril 2012, le maire Jean-Pierre Dufour et Pierre-Marie Delplanque, responsable de la cellule de coordination de l'itinéraire ITER (CCITI) ont signé la convention qui fixe le cadre du passage des convois ITER sur la route départementale 561 qui traverse la commune de Saint-Estève Janson. La durée de cette convention est prévue pour toute la période nécessaire au passage des convois ITER jusqu'au dernier passage. Elle tisse également le cadre des relations qui s'établissent entre la commune et la CCITI. Le texte précise par exemple « que la commune veille à ce que les éventuels travaux réalisés par des concessionnaires soient compatibles avec les caractéristiques géométriques requises pour le passage des convois (respect du gabarit ITER pour toute nouvelle installation de ligne ou autre équipement pouvant l'impacter, hauteur de bordure réduite...) ». En application de la convention, le planning prévisionnel établi par le transporteur sera communiqué à la commune par la CCITI, planning qui mentionne la date, le type de convoi et le temps de passage estimé de sorte à ce que la commune connaisse le créneau horaire pendant lequel le convoi transite sur son territoire.
C'est la quatrième convention signée à ce jour. La première a été signée par la commune de Jouques le 23 mars, puis c'était au tour de la commune de La Fare-Les-Oliviers et à commune de La Roque d'Anthéron. La signature des conventions avec les douze autres communes va intervenir dans les semaines qui viennent.

LES PRÉPARATIFS

Choix de la base arrière du poste de commandement des convois
Après avoir exploré différentes solutions, le poste de commandement qui suivra les opérations lors du transport des composants ITER sera basé dans les locaux du  Centre régional d'information routière et de coordination routière (CRIR Méditerranée), situé à Marseille. C'est d'ici que la cellule de coordination de l'itinéraire ITER pourra suivre, pas à pas, le déplacement des convois ITER sur les routes du département des Bouches-du-Rhône. Au sein de cet espace où arrivent toutes les informations sur les réseaux routiers et autoroutiers, la Cellule de  coordination de l'itinéraire ITER disposera d'un espace dédié permettant d'avoir un suivi des opérations. C'est également le lieu où convergent toutes les prévisions de Bison Futé sur le trafic et la circulation routière : bouchons, départs retours des vacances, aires de repos...

PHOTOS

Transports réalisés par le groupe Daher. En haut, une remorque auto-motrice modulable spéciquement conçue pour le transport de colis lourds et hors gabararit. Ici, elle est configurée en 10 lignes d'essieu. En bas à gauche, le transport d'un générateur de puissance de 345 tonnes destiné à une centrale électrique en Allemagne. Le transport est effectué par un équipement spécifique pour ce type de matériel : insertion d'une poutre métallique à l'intérieur du générateur et reliée aux plateformes modulaires. Et pour finir, le point en images avec Pierre-Marie Delplanque.

ORGANISATION

Qui fait quoi ?
ITER, qui représente l'une des plus importantes coopérations au monde, est un projet unique en son genre. Son mode de financement  repose sur le partenariat qui lie chaque membre d'ITER Organization (Chine, Corée, Etats-Unis, Europe, Inde, Japon, Russie) responsable de la fabrication des composants qui constitueront l'installation de recherche dédiée à la mise au point d'une nouvelle source d'énergie. Chacun des sept partenaires est responsable de la fabrication du composant, de son emballage et de sa livraison.
La logistique et le transport seront organisés par le groupe Daher qui sera sollicité par les partenaires pour acheminer les composants depuis leur lieu de fabrication jusqu'à Cadarache par ordres de services. Pour l'heure, les équipes de Daher rassemblent toutes les informations sur les dimensions précises des composants et de leur emballage auprès des partenaires afin de définir le caractère classique, exceptionnel ou très exceptionnel des convois qu'il aura à organiser. Le transport des colis est à la charge financière des partenaires alors que l'Union européenne s'est engagée à financer le coût des transports sur le territoire français jusqu'à Cadarache. La France a financé l'aménagement de l'itinéraire de transport ITER notamment l'adaptation des routes départementales et les pistes qui seront exclusivement dédiées aux convois très exceptionnels. L'Agence Iter France est en charge de l'exploitation et de la maintenance de cet itinéraire. Elle coordonne les actions  entre les différents gestionnaires de voiries, de réseaux et les services de l'état pour les aspects de sûreté et de sécurité.

UN CONVOI EXCEPTIONNEL

Au-delà des deux cents convois très exceptionnels environ qui permettront d'acheminer les plus grands composants du cœur de l'installation de recherche ITER, d'autres éléments de taille plus modeste traverseront les routes des Bouches-du-Rhône. Ce seront des convois à caractère exceptionnel. Définition.
Un transport est dit exceptionnel lorsque les dimensions ou la masse du véhicule concerné excède les limites réglementaires (code de la Route article R433-1). Il est autorisé par les services de l'état si le recours à d'autres moyens de déplacement (chemin de fer ou voie d'eau) ne peut être envisagé. Ainsi les transports exceptionnels par réseaux routiers font l'objet d'une autorisation préalable sous réserve que le responsable du convoi soumette en temps utile l'itinéraire qu'il souhaite emprunter. Parfois remarquables par leurs dimensions, d'autres passent totalement inaperçus car tout dépend de la catégorie dont ils font partie (trois catégories existent selon l'arrêté du 4 mai 2006) et qui se distingue en fonction des dimensions et de la masse roulante du convoi. D'importants enjeux découlent de la bonne gestion de ces transports spécifiques ; d'abord en termes de sécurité routière de sorte à ne pas générer des perturbations du trafic routier s'ils empruntaient des voies inadaptées à leurs particularités, mais également dans la préservation du patrimoine et des ouvrages d'art (comme les ponts).

Depuis 2007, près de 3 000 emplois directs et induits par l'accueil d'ITER à Cadarache.

Plus de 1,7 milliard d'euros de retombées
Depuis le démarrage des travaux, les contrats industriels signés à ce jour pour ITER ont généré 1,7 milliard d'euros. Près de 828 millions d'euros de contrats reviennent à des entreprises françaises dont 490 millions d'euros à des entreprises implantées en Provence. Ces montants représentent 500 appels d'offres conclus entre 2007 et décembre 2011. L'activité économique se mesure également par l'implantation d'entreprises, de bureaux d'études et d'ingénierie et par le nombre de personnes qui travaillent directement ou indirectement pour ITER (environ 3 000 emplois directs, indirects et induits depuis 2007).

Vous avez une question ? N'hésitez pas à l'envoyer à sylvie.andre@cea.fr
Pour s'abonner / se désabonner à Itinéraire News cliquer ici
Si vous n'arrivez pas à visualiser cet e-mail, vous pouvez le consulter en cliquant ici