ITINERAIRE NEWS#23 14 janvier 2015
NEWS DE LA SEMAINE

 

 

104 km de Berre à Cadarache en une nuit

Le premier convoi ITER, arrivé à bon port
Le premier convoi ITER qui transportait un transformateur électrique ITER est arrivé sur le site ITER le 14 janvier à 4h30 comme prévu. Il ouvre la voie aux 220 convois attendus jusqu'en 2022. Arrivé de Corée du Sud le 19 décembre, ce premier élément de relative petite taille (87 tonnes) destiné au système d'alimentation électrique de l'installation a été entreposé sur le port de Fos-sur-Mer durant la période des fêtes de fin d'année, pour éviter de perturber la circulation durant les périodes de congés. Son transport sur une barge a commencé le lundi 12 janvier avec la traversée du golfe de Fos, puis celle du canal de Caronte, à 13h15, et enfin de l'étang de Berre en direction du port de la Pointe où il a été débarqué et stationné pour la nuit. Le mardi 13 janvier à 10 heures le convoi a quitté le port de la Pointe et emprunté  la route du grand port puis la piste des Salins avant de se stationner à 10h30 à proximité du parking St Roch à Berre l'Etang. Les opérations ont repris en soirée, à 21h30, comme prévu. Un ballet s'est progressivement dessiné pour que chacun prenne sa place dans l'immense cortège constitué : équipes de la société Daher, celles chargées du montage et démontage des panneaux et celles de la gendarmerie formant une bulle de sécurité sur le mode du tour de France.

Caractéristiques du premier convoi ITER
Masse (en charge) : 126, 8 tonnes
Longueur : 20,19 m
Largeur : 3,35 m
Hauteur : 5 m


En quittant le site LyondellBasell, mardi 13 janvier vers 10 h.


Traversée des Salins



Répartition de la charge (environ 10 tonnes par ligne d'essieux)


Le premier transformateur électrique (87 tonnes) en stationnement à Berre le 13 janvier


UNE ORGANISATION BIEN HUILEE

Une centaine de personnes a été mobilisée pour ces opérations placées sous le pilotage du secrétaire général de la zone de défense et de sécurité Sud (SGZDSS).Sous l'autorité du préfet de région, qui pilote les opérations en étroite relation avec le préfet de police, les sous-préfets d'arrondissement et la cellule de coordination de l'itinéraire ITER (AIF). Le centre des «opérations» est basé au CRICR (Centre régional d'information et de coordination routières à Marseille) doté de nombreux moyens de surveillance des flux de circulation et de diffusion de l'information auprès des usagers, notamment  via un compte Twitter. Dix tweets ont été émis tout au long de la nuit traçant l'avancée du convoi.

Les interdictions de circulation
En France, tout convoi exceptionnel et très exceptionnel circule en application de règles prédéfinies par les autorités françaises.
Les convois ITER n'échappent pas à  la règle. Outre les conditions d'autorisation de circulation sur l'itinéraire ITER, l'arrêté préfectoral prévoit aussi les situations d'interdiction de circulation :
Du samedi ou veille de fête au lundi ou lendemain de fête six heures ;
Pendant les périodes et sur les itinéraires d'interdiction de circulation de véhicules de transport de marchandises et de transport de matières dangereuses définis chaque année par arrêtés ministériels ;
Pendant la fermeture des barrières de dégel, sur les itinéraires qu'elles concernent ;
Par temps de neige ou de verglas ou lorsque la visibilité est insuffisante.

PHOTOS

Pierre-Marie Delplanque (AIF/CEA), Bernard Bigot, administrateur général du CEA et HRFI et Jérôme Pamela (AIF/CEA)


Derniers échanges avant le départ


Le chef de convoi de la gendarmerie (à droite)


Ultimes réglages entre les équipes (Daher et Aximum)


Au centre, David Galtier, général de corps d'armée commandant la région de gendarmerie PACA.


Départ de Berre à 21h30 précises sous le regard attentif de François Genevey (Daher)


A l'arrivée sur le site ITER en présence d'Osamu Motojima, directeur général ITER Organization, des représentants de Fusion for Energy et de l'Agence ITER France.


Le transformateur sera installé sur le site de construction d'ici deux mois.

220 composants d'ici à 2022

D'ici à 2022, ce sont près de 220 composants très exceptionnels au total qui doivent emprunter l'itinéraire qui a été aménagé de Berre jusqu'à Cadarache. Selon leurs caractéristiques de masse et d'encombrement, ces composants ont été répartis en cinq catégories pour faciliter l'organisation de leur transport. Dans la mesure du possible, pour optimiser leur transport, le regroupement des convois sera recherché.



Vous avez une question ? N'hésitez pas à l'envoyer à sylvie.andre@cea.fr
Pour s'abonner / se désabonner à Itinéraire News cliquer ici
Si vous n'arrivez pas à visualiser cet e-mail, vous pouvez le consulter en cliquant ici