ITINERAIRE NEWS#19 4 avril 2014
NEWS DE LA SEMAINE

Remorque autopropulsée Daher (environ 800 tonnes)

Convoi-test : arrivée à Cadarache reprogrammée le 8 avril 

Dans le cadre de la répétition générale organisée sur l'itinéraire ITER, les incidents mécaniques sont intervenus sur la remorque autopropulsée durant les deux premières nuits des opérations de transport terrestre.

Durant la première nuit (1-2 avril 2014), l'incident mécanique ont généré un retard cumulé d'une heure sur le temps estimé de déplacement du convoi. Lors de la deuxième nuit (2-3 avril 2014), l'un des douze essieux moteur a subi une fuite hydraulique occasionnant un retard de plus de 3 heures. Dans la nuit du 2 au 3 avril, les autorités ont reprogrammé les opérations compte-tenu du retard cumulé depuis le démarrage des opérations terrestres à Berre l'Etang mardi. La remorque autopropulsée a été arrêtée durant la journée du 3 avril 2014 sur une piste aménagée pour les convois ITER à La Roque d'Anthéron. Partie le 3 avril à 22 h comme prévu, elle est arrivée sur la piste aménagée pour les convois ITER à Meyrargues (avant l'accès à l'A51) le vendredi 4 avril vers 1h40 où elle est stationnée jusqu'à son prochain départ. Aucune station d'accueil du public n'est possible dans ce secteur aux abords duquel il est interdit de stationner pour des raisons de sécurité. 

Ces opérations s'inscrivent dans le cadre une répétition générale qui comporte la phase maritime, réalisée lundi 31 mars, suivie à partir du mardi 01 avril de la phase terrestre organisée en plusieurs étapes.

 

Cette remorque autopropulsée est configurée pour transporter des composants très exceptionnels, en poids (jusqu'à 800 tonnes), comme en taille (10,40 mètres). Sa vitesse de déplacement peut atteindre 10 à 15 km/heure.

 

CALENDRIER

Dernière étape de la phase terrestre : du 7 au 8 avril 2014

Le départ de la remorque autopropulsée depuis la piste réservée aux convois ITER à Meyrargues est programmé à 22h00. L'arrivée est prévue à Cadarache (commune de Saint-Paul-lez-Durance), le pôle de recherche sur les énergies, vers 6h00.

Fermeture de l'autoroute A51 à partir de 21h30 environ et jusqu'à ce que le convoi-test ait franchi le rond-point devant le centre de recherche du CEA (vers 5 h du matin selon le temps de parcours estimé).

 
FERMETURE A51

A51 fermée dans la nuit du 7 au 8 avril.

Durant la nuit du lundi 7 au mardi 8 avril 2014, le déplacement de la remorque entraînera une fermeture de l'autoroute A51 à partir de 21h30 environ : les échangeurs de Meyrargues (n°14), Pertuis (n°15), Saint-Paul-lez-Durance (n°17) et Manosque (n°18) seront fermés.

Des déviations sont proposées, empruntant les routes départementales de la rive droite de la Durance (Manosque, Ste Tulle, Mirabeau, Pertuis) le temps des coupures de la route entre Meyrargues et Peyrolles-en-Provence (RD 15), puis entre Peyrolles-en-Provence et St Paul-lez-Durance (RD 96) et de la départementale 952 en direction de Vinon-sur-Verdon. L'échangeur n°15 (Pertuis) sera ouvert de nouveau à la circulation vers 23 h environ pour se rendre en direction d'Aix-Marseille.

PARTIE MARITIME

Opération réussie

Lundi 31 mars 2014, 14h30 : la barge de 79 mètres de long, de plus de 11 mètres de large, quitte le port de Fos-sur-Mer une fois que toutes les conditions réunies. Les opérations d'embarquement de la remorque autopropulsée de plus de 33 mètres de long (près de 800 tonnes) ont pris plus de trois heures et ont nécessité de très nombreux réglages techniques. En effet, au fur et à mesure de la progression de la remorque sur la barge, les appareils de contrôle ajustent le ballastage pour conserver un parfait équilibre tout au long de l'opération. Précédée d'un puissant remorqueur, la barge a poursuivi son parcours à une vitesse de 7 nœuds environ empruntant le canal de Caronte au centre de la ville de Martigues. Après avoir franchi le pont levant, elle a traversé l'étang de Berre pour accoster à 17h40 au port de la Pointe. Cette barge devait passer sous le pont avant 17 h pour ne pas gêner la circulation routière dans la commune. La première partie de la répétition générale, organisée sous le pilotage des autorités françaises, vient de s'achever sans difficulté.

 


Ville de Martigues.


Passage sous le pont autoroutier.


Sous le pont routier (canal de Caronte) : le passage de la barge a bien eu lieu avant 17 h pour respecter les horaires fixés.

STATIONS PUBLIQUES

Que ce soit à Berre ou à Lambesc, le public était au rendez-vous. Seuls ou en familles, les visiteurs n'ont pas caché leur plaisir de retrouver le géant bleu parcourant l'itinéraire ITER. A Lambesc, positionné sur une piste spécialement aménagée pour ces convois, les visiteurs le découvrent immense au-dessus d'eux. « Il est énorme ! » s'exclame Rémi, perché sur les épaules de ses parents. « C'est incroyable qu'on arrive à faire rouler une telle structure ? » s'étonne René. « C'est bien ce que vous avez organisé ici à Lambesc. La navette nous a permis de voir cette remorque exceptionnelle en toute sécurité. Votre stand d'information nous permet de mieux comprendre les enjeux ce grand projet de recherche international » remercie Marie-Hélène, une habitante de Lambesc. Autant de témoignages qui montrent que ce rendez-vous avec le public, organisé avec le concours des équipes des mairies de Berre et de Lambesc, a été très apprécié.


Atelier autour d'une boule à plasma : découvrir en expérimentant.


Devant la maquette de contournement du tunnel de Mirabeau.

LA MISSION DES GENDARMES

Durant la première nuit (1-2 avril 2014), le général de corps d'armée Richard Lizurey, major général de la gendarmerie nationale (MGGN), a participé au déroulement de la répétition générale. Après avoir été accueilli au poste de commandement Iter situé au centre régional d'information et de coordination routière à Marseille, le MGGN a assisté à la présentation générale du projet Iter et des moyens engagés par le général de corps d'armée David Galtier, commandant la région de gendarmerie Provence-Alpes-Côte d'Azur, assisté du colonel Roland Zamora, chef de la cellule ITER de l'état-major de la région de gendarmerie PACA. Le général de corps d'armée Lizurey a intégré le convoi terrestre à la Fare-les-Oliviers afin d'assister à une phase marquante de progression de la remorque aidée par des camions "pousseurs" et "tireurs" destinés à faciliter l'ascension de la nationale 113 jusqu'au col du Télégraphe. Guidé sur le terrain par le colonel Jean Géneau, chef de la manoeuvre et adjoint à la cellule ITER, il a rencontré les différents personnels constituant le dispositif d'escorte et de protection du convoi-test : missions d'ouverture de route, de maintien de l'ordre, d'aide à la mobilité et de jalonnement en scooters MP3. Un des points d'orgue de cette première a été le franchissement de l'autoroute A7 à Pélissanne. Grâce aux dispositifs mis en place par la gendarmerie et la société des Autoroutes du Sud de la France (barrages mobiles sur l'A7 permettant le passage de la rame...), sous le contrôle du poste de commandement ITER, le convoi a traversé l'A7 malgré une brève avarie de direction, avant de poursuivre son parcours jusqu'à l'entrée de Lambesc où il a été stationné.


Départ de Berre l'Etang


Franchissement d'un rond-point.



Vous avez une question ? N'hésitez pas à l'envoyer à sylvie.andre@cea.fr
Pour s'abonner / se désabonner à Itinéraire News cliquer ici
Si vous n'arrivez pas à visualiser cet e-mail, vous pouvez le consulter en cliquant ici