ITINERAIRE NEWS#13 13 septembre 2013
L'INFO DE LA SEMAINE

Lancement officiel de la campagne de mesures. Osamu Motojima, directeur général ITER Organization, Michel Cadot, préfet de région et Jérôme Pamela, directeur de l'Agence ITER France.

Prêts pour partir en campagne !

La remorque autopropulsée est au-rendez-vous. Au terme de trois jours d'opérations, l'assemblage des 22 lignes d'essieux s'est achevé pour donner naissance à la remorque autopropulsée qui empruntera l'itinéraire ITER à partir de lundi 16 septembre. Les premiers essais de roulage de cette très longue chenille de plus de 30 mètres ont eu lieu le 10 septembre sur la piste des Salins. Puis, l'installation des 360 blocs de béton a été réalisée sur la remorque autopropulsée en deux piles, le tout ceinturé par une armature métallique. Ses 352 pneus, et le support de deux tracteurs (pousseur et tireur), l'aideront à franchir certains points clés, comme la longue pente du col du télégraphe sur la RD 113 dans le secteur de la Fare-les-Oliviers. Sur le terrain, tout est prêt également pour encadrer son déplacement tout au long des 104 kilomètres qui relie Berre l'Etang à Cadarache, durant quatre nuits. Le top départ sera donné à Berre l'Etang à 21 heures. La vitesse de déplacement oscillera entre 1 km/heure lors du franchissement de certains passages et 15 à 20 km/heure dans les lignes droites, suffisamment larges et plates.

LA PAROLE À...

Vous êtes en charge de la coordination et du pilotage des opérations. Combien de personnes sont impliquées ?

Plus de 200 personnes sont impliquées dans la campagne de mesures qui débute lundi 16 septembre jusqu'au vendredi 20 septembre. « Pour tous, le démarrage de ces opérations est un moment que nous attendons depuis près de deux ans. C'est l'aboutissement de longs mois de préparation pour couvrir tous les aspects, administratifs, techniques ou encore de sécurité ». C'est un test grandeur nature pour tous : pour les autorités françaises, les services de l'état et la cellule de la coordination de l'itinéraire ITER (CCITI), responsables des opérations prévues tout au long des 104 km de routes ; pour le chef de convoi de DAHER et le chef d'escorte de la gendarmerie qui piloteront le déplacement de la remorque autopropulsée supportant le poids de 360 blocs de béton ; pour le laboratoire du Centre d'études techniques de l'équipement (CETE) qui réalisera les mesures de fléchissement au moment où les 800 tonnes franchiront les ouvrages d'art et pour les 140 gendarmes qui assurent une mission de sécurisation et d'information.

 

Quel est le cadre réglementaire ?

Les règles de déplacement tout au long de l'itinéraire sont fixées par quatre arrêtés préfectoraux élaborés par la Direction départementale des Territoires et de Mer. Le premier est l'autorisation de transport exceptionnel accordée à DAHER fixant les vitesses de circulation, les interdictions, les conditions de franchissement des autoroutes A 7 et A 51 et le franchissement du passage à niveau de la voie ferrée sur la commune de Meyrargues. Le deuxième et le troisième concernent les autorisations de circulation sur les autoroutes A7 et A 51. Le quatrième arrêté inter-préfectoral qui implique quatre départements - Bouches-du-Rhône, Alpes-de-Haute-provence, Vaucluse et Var - définit les interdictions temporaires de circulation et de stationnement, nuit par nuit, tout au long de l'itinéraire ITER.

Les interdictions de stationnement en agglomération sont fixées pour six communes en particulier :
A Berre l'Etang sur la départementale 21 (avenue de Sylvanès) et la départementale 21D de 20 h30 à 22h30 (nuit 1).
A Lambesc sur l'avenue du 8 mai 1945, départementales 15 et 917, de 21 h à 23h30 et sur le contournement du boulevard des coopératives (départementale 7 N), de 22h30 à minuit (nuit 2).
A Vernègues, hameau de Cazan (départementales 7 N et 22) de 0 h à 2 h.
A Saint-Estève Janson sur la  départementale 561 de 21 h à minuit.
• A Peyrolles-en-Provence, sur la départementale 96 depuis la sortie de la piste de contournement de la commune de 21 h à 23 h.
A Saint-Paul-lez-Durance sur la départementale 952 qui traverse la commune de minuit à 5 h du matin.

 

Pourquoi parle-t-on d'une bulle ?

A l'instar du passage du Tour de France, la « bulle » qui se déplace tronçon après tronçon représente tous les éléments qui constituent le convoi. Pour des questions de sécurité, cette bulle forme un tout ; il est possible de couper l'itinéraire avant et après son passage sous le pilotage des équipes de la gendarmerie, mais pas pendant. C'est pour cette raison que l'organisation mise en place prévoit un déplacement de la « bulle » étape après étape de sorte à ouvrir les axes dès que les panneaux de signalisation routière auront été remontés. Dans la foulée de cette opération, nous ferons un retour d'expérience avant de s'engager dans l'étape suivante : la répétition générale qui comprendra, cette fois, la partie maritime avec la traversée de l'étang de Berre et la partie terrestre (de Berre à Cadarache). Elle nous permettra de valider les temps estimés, les itinéraires de substitution et le pilotage des opérations.

Jean-René Vacher, secrétaire général zone de défense et de sécurité sud.

LES POINTS DE MESURES

Fort de 90 agents dont 20 ingénieurs, chercheurs et experts, le laboratoire du Centre d'études techniques de l'équipement Méditerranée (CETE) réalise des missions d'études, d'expertises et de contrôles. Dans le cadre de la mission confiée par l'Agence Iter France, il réalisera une campagne de mesures très fines, de l'ordre du dixième de millimètre, sur les ouvrages d'art de l'itinéraire ITER. Des mesures seront effectuées sur 19 ouvrages de longue portée (par fil invar ou avec un théodolite (trépied équipé d'un système optique).

 

Nuit 1 (16-17 septembre 2013)
• pont de franchissement de la ligne ferroviaire SNCF (Berre-Marseille) et ouvrage de franchissement du Gué de l'Arc à Berre l'Etang.
• ponts sur la Touloubre et le ruisseau du Valard et le canal de Marseille à Pélissanne.
• pont au-dessus du chemin de Sufferchoix à Lambesc .


Nuit 2 (du 17 - 18 septembre 2013)
• les deux ponts sur le Laval Denan (RD 917 puis RD 7n), ponts routiers sur la D7N à Lambesc.
• le pont de franchissement du canal de Marseille à Charleval.
• le pont sur la RD 561 puis sur le pont du canal de fuite canal de Marseille à St Christophe sur la commune de La Roque d'Anthéron.


Nuit 3 (18 – 19 septembre 2013)
• le pont lié au dispositif d'évacuation d'une crue du canal de Marseille et sur le pont du canal EDF à Saint-Estève-Janson.
• le pont le Grand Vallat et l'ouvrage d'art du Gué de la Goule (Gamette) au Puy-Ste Réparade.
• le pont de la Gavaronne et le pont du Grand Vallat sur la commune de Meyrargues.


Nuit 4 (19 – 20 septembre 2013)
• le pont du canal EDF sur la commune de Peyrolles-en-Provence
• le pont du vallon d'Anne et le pont de l'usine hydraulique EDF sur la commune de Jouques.


Pont de franchissement de la ligne SNCF (Berre). Mesures par fil invar.


Passerelle pour installer le fil invar sous l'ouvrage.


Pont sur le passage à gué de l'Arc.


Pont sur le Laval Denan (Lambesc).

CALENDRIER

16 septembre : arrivée de la remorque autopropulsée vers 16 h sur l'aire d'arrêt à Berre l'Etang. Départ du convoi  à 21 heures pour rejoindre Lambesc (30 km).


17 septembre, 21h45 : départ de Lambesc pour rejoindre La Roque d'Anthéron (26 km).


18 septembre, 21h45 : départ de La Roque d'Anthéron pour rejoindre Peyrolles-en-Provence (près de 24 km).


19 septembre, 21h30 : départ de Peyrolles-en-Provence pour arriver à Cadarache (18 km).

VIDEO

La bulle ITER

La « bulle ITER » comprend une vingtaine de véhicules étalés sur une centaine de mètres : la remorque autopropulsée qui supporte les 360 blocs de béton, les véhicules du chef de convoi et du chef d'escorte, les engins de levage et de manutention nécessaires à la gestion des panneaux de signalisation qu'il faut enlever avant le passage du convoi et réinstaller juste après le dernier véhicule, les véhicules de la gendarmerie de protection et les gendarmes en charge de la sécurisation de la route. Son déplacement sur les routes s'organise selon les règles mises en œuvre pour le Tour de France.


Premier roulage de la remorque le 10 septembre, sur la piste des Salins à Berre.



Vous avez une question ? N'hésitez pas à l'envoyer à sylvie.andre@cea.fr
Pour s'abonner / se désabonner à Itinéraire News cliquer ici
Si vous n'arrivez pas à visualiser cet e-mail, vous pouvez le consulter en cliquant ici