ITINERAIRE NEWS#12 9 septembre 2013
L'INFO DE LA SEMAINE

Remorque Daher longue de 33 m qui préfigue les

convois les plus impressionnants attendus à partir de 2014.

 

Masse : 800 tonnes
Longueur : 33 mètres
Largeur : 9 mètres
Hauteur : 10,40 mètres.
88 essieux, 352 pneus

Deux stations d'accueil du public
Immense par sa taille (plus de 10 mètres de haut), impressionnante par son poids (près de 800 tonnes), le déplacement de la remorque autopropulsée qui supportera le poids de plus de 360 blocs de béton aura les mêmes caractéristiques, en poids et en taille, que les convois ITER les plus encombrants attendus à partir de 2014. Son déplacement sur les routes intrigue. Comment et où la voir ? C'est pour répondre à cette question que deux stations ont été prévues pour accueillir le public :
• Le 16 septembre, de 11 h à 21h, à Berre l'Etang (à proximité de l'aire d'arrêt prévue au bout de la piste des Canières et à deux pas du parking St-Roch (près du chemin de Mauron) ;
• Le 19 septembre, de 8h30 à 21h30, à Peyrolles-en-Provence, près du plan d'eau du Plantain (parking sur place).
Sur place, des équipes de l'Agence Iter France détailleront l'ensemble des opérations prévues durant quatre nuits, du 16 au 20 septembre.

LES PRÉPARATIFS

Blocs qui seront transportés sur la remorque autopropulsée à partir du 16 septembre.

L'assemblage d'un puzzle géant !
L'assemblage des 22 lignes d'essieux (352 roues) de la remorque Daher qui préfigurera les convois ITER les plus lourds et les plus encombrants est déjà un défi technique en soi. Le chargement de 360 blocs de béton, en deux piles, sur cette remorque autopropulsée représente une deuxième opération technique majeure. Une fois prête, cette remorque autopropulsée pourra emprunter l'itinéraire qui a été adapté entre Berre l'Etang et Cadarache.
Ces blocs ont été fabriqués par l'entreprise Best-bétonbloc implantée à Peyrolles-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Spécialisé dans la réalisation de murs industriels amovibles avec des blocs de béton emboitables, Best-bétonbloc vient d'adapter ce matériau pour répondre à la commande de Daher qui imposait un poids plus conséquent et une résistivité à la corrosion marine pour la réalisation de ces blocs qui permettent d'atteindre une masse de 800 tonnes au total. Stocké sur le site où sera assemblée la remorque, chaque bloc de 1 500 kg a été conçu pour résister aux risques de corrosion liés à la proximité de la mer. « Pour répondre à cette demande, nous avons augmenté la teneur de liant pour atteindre une densité plus forte et nous avons également intégré au béton un matériau plastifiant spécifique, le XS1, offrant une plus grande résistivité », précise Franck de Best, directeur de Best-bétonbloc. Le chargement des blocs de béton sur la remorque débute mardi 10 septembre 2013.

 

CALENDRIER

→ 10 septembre : réunion publique à 18h00 à la Fare-les-Oliviers, organisée avec la commune, pour présenter les mesures routières liées à la campagne de mesures réalisées sur les ouvrages d'art (ponts, voûtes, passage à gué...) lancée le 16 septembre.

 

10 septembre : conférence de presse de lancement de la campagne de mesures sur les ouvrages d'art de l'itinéraire ITER, présidée par le préfet de région.

 

→ 16 septembre : arrivée de la remorque autopropulsée de Daher sur l'aire d'arrêt prévue sur la commune de Berre l'Etang vers 16 heures. En partant à 21 h de Berre l'Etang, elle parcourra les 30 premiers kilomètres de l'itinéraire durant la nuit du 16 au 17 septembre avant de rejoindre une aire d'arrêt à Lambesc où elle stationnera durant toute la journée du 17 septembre.

Les 360 blocs de béton seront assemblés en deux piles.

Moyens experts pour convoi hors normes
DAHER est responsable du pilotage et de l'acheminement de tous les composants qui permettront de construire l'installation ITER. Parmi ces composants, l'acheminement des plus lourds et/ou plus volumineux feront appel à des expertises très pointues et à des moyens hors normes. Ainsi, pour transporter la maquette composée d'une structure métallique et de 360 blocs de béton représentant le colis le plus volumineux et le plus lourd durant la campagne de mesures du 16 au 20 septembre 2013, DAHER met en œuvre un de ses équipements expert.
L'engin, long de 33 mètres et large de 6,3 mètres, est composé de 88 essieux en 22 lignes, 352 pneus et pèsera à lui seul près de 200 tonnes. C'est pourtant en plusieurs modules qu'il sera livré sur son lieu d'assemblage le 5 septembre. Equipés d'une grue de 60 tonnes et d'un chariot élévateur de 5 tonnes, les grutiers déchargeront les différents modules ainsi que les structures métalliques et les 360 blocs de bétons composant la maquette. Les modules « cabine conducteurs » (un à chaque extrémité) seront assemblés en premiers. Les 6 et 7 septembre serviront à assembler les modules « remorque » ainsi qu'à pré-assembler les structures métalliques de la maquette. Enfin, les 9 et 10 septembre permettront de placer et de sécuriser la maquette sur la remorque de manière très précise conformément aux notes de calculs des ingénieurs. L'engin sera ensuite pourvu d'équipements de haute technologie permettant par exemple le pilotage depuis une télécommande et du système E-Roadbook développé par DAHER permettant aux équipes du convoi de connaître toutes les caractéristiques du tracé et informations utiles et permettant un suivi en temps réel de l'avancée de l'opération depuis la DAHER Control Room ainsi que depuis le poste de commandement (PC) ITER.

LA PAROLE À...

François Genevey

François Genevey, directeur du programme ITER chez DAHER, fait le point sur la DAHER Control Room mise en œuvre pour le suivi des opérations sur l'itinéraire ITER.

Responsable de l'acheminement de l'ensemble des composants d'ITER en provenance les quatre coins du monde par voies maritimes et terrestres, DAHER utilisera une salle de supervision ultra sophistiquée aux airs futuristes. En provenance de Chine, d'Inde, de Russie, du Japon, de Corée de sud, des USA, de toute l'Europe ou même des l'ensemble des océans, des informations défileront en temps réel sur quantité d'écrans de la DAHER Control Room notamment via les réseaux de géo localisation. En permanence, convois maritimes au terrestres seront suivis pas à pas, permettant ainsi d'anticiper les aléas et de proposer le cas échéant une solution d'optimisation des processus existants. Des mesures qui permettront à DAHER, le moment venu, une prise de décision ultra rapide. Derrière ces moyens avant-gardistes se cache un outil informatique digne des grandes fictions développé en 2010 pour ses besoins d'équipementier à dimension internationale. Capable d'interagir avec la plupart des logiciels professionnels, DAgeSCOPETM  a été créé pour la sécurisation et l'optimisation des flux logistiques et industriels pour les industries de haute technologie. Ces moyens et les équipes d'experts de DAHER permettront de veiller, entre le 16 et le 20 septembre prochain, au bon déroulement des opérations de mesures tout au long de l'itinéraire ITER.

UNE CAMPAGNE DE MESURES XXL

Instrument de mesures placé sous les ponts.

Le test en charge : une démarche classique
Du 16 au 20 septembre, les mesures réalisées durant quatre nuits par le laboratoire du Centre d'études techniques (CETE) Méditerranée tout au long de l'itinéraire ITER consistent à valider le comportement des ouvrages d'art au moment du passage de la remorque qui supportera le poids de 360 blocs de béton (masse totale de 800 tonnes). Tous les ouvrages d'art (ponts, voûtes, passage de canalisations, routes...) qui jalonnent l'itinéraire ITER ont été conçus et réalisés pour pouvoir absorber le poids de telles charges, très exceptionnelles.

 

La configuration la plus contraignante
Les temps de déplacement seront plus longs et non représentatifs des temps estimés pour les convois réels. Là où les opérations prendront quatre nuits du 16 au 20 septembre 2013, on estime qu'il faudra entre une et trois nuits pour les convois réels, en fonction des caractéristiques des composants à transporter. Parmi les 230 convois attendus sur l'itinéraire ITER, une trentaine de convois présentera les mêmes caractéristiques XXL que la remorque autopropulsée mise en œuvre durant cette campagne de mesures ; on estime que les convois les plus lourds nécessiteront trois nuits pour parcourir les 104 km qui séparent Berre l'Etang de Cadarache. Les 31 ouvrages d'art qui jalonnent l'itinéraire ITER seront examinés visuellement, avant et après passage de la remorque autopropulsée durant la campagne de mesures. 19 d'entre eux seront équipés de capteurs - il faut une longueur suffisante – permettant de mesurer très finement le fléchissement du pont au moment où la remorque passera sur l'ouvrage. Ces mesures sont en effet de l'ordre du dixième de millimètre ; pour les conforter, il est prévu trois passages sur chaque ouvrage.

DE BERRE A CADARACHE, EN 4 NUITS

De Berre l'Etang à Lambesc.


De Lambesc à La Roque d'Anthéron.



De La Roque d'Anthéron à Peyrolles-en-Provence.


De Peyrolles-en-Provence à Cadarache.

VOS QUESTIONS, NOS RÉPONSES

Quel est l'itinéraire de retour ?
La remorque autopropulsée se déplacera sur l'itinéraire ITER que dans un sens : de Berre l'Etang à Cadarache. Pour le retour, chaque module de la remorque sera démonté pour revenir jusqu'à Fos-sur-Mer.

 

Que se passera-t-il en cas de panne technique ?
Le poste de commandement sous le pilotage du secrétaire général de la zone de défense et de sécurité Sud, basé au Centre régional d'information et de circulation routières (CRICR), mettra en œuvre les plans de gestion prévus pour ce type de situation. Le trafic routier sera géré grâce à l'activation des itinéraires de déviation de la circulation (itinéraires S repérables par la signalisation temporaire) et de contournement, le temps de réparer la panne technique.

 

Quels types de matériau seront transportés à terme ?
A partir de 2014, les convois ITER transporteront des éléments de haute technologie (bobines en acier, poutres, câbles...). Ils ne transporteront aucune matière nucléaire ou dangereuse.



Vous avez une question ? N'hésitez pas à l'envoyer à sylvie.andre@cea.fr
Pour s'abonner / se désabonner à Itinéraire News cliquer ici
Si vous n'arrivez pas à visualiser cet e-mail, vous pouvez le consulter en cliquant ici